Éphéméride

Dimanche 28 mai 2017
Semaine 21

148 ème jour de l'année
Fête du jour: Germain

Calendrier
Mairie

4, rue principale
57850 Haselbourg
Tél/Fax: 03 87 08 82 80
Contact par courriel

Maire:
Michel WITTMANN
Secrétaire de mairie:
Anita PFALTZGRAFF


Permanences :
lundi: 17h à 19h
jeudi: 18h à 20h

Galerie photos
Accès restreint
Rechercher
Recherche
 
Fermer

logo_qwant.png

Sous la souveraineté Lorraine :

Haselbourg devenue protestante sous le comte palatin, avait un pasteur Marisius, qui est mentionné dans le registre des comptes de la recette ecclésiastique du comté de la Petite Pierre (1573). Tout devait changer pour les protestants lors de la vente du village aux princes catholiques de Lorraine en 1584. Bien que l'acheteur s'engageât à respecter la liberté de culte, les ordonnances lorraines de 1587, 1588, 1595, obligèrent les protestants à abjurer ou à quitter la région. Deux missionnaires N.Oudé et le père jésuite Anselme, s'employèrent à convertir les habitants de notre village. A cette époque, au début du XVIIème siècle les dernières vignes à Haselbourg, furent transformées en champs. Un habitant de Lutzelbourg érigea en 1629 un deuxième foulon à drap et un moulin à tan, sur l'Andlau mais cette prospérité trouva rapidement une fin pendant la guerre de trente Ans, en 1632, lors du passage des Suédois qui détruisirent entièrement Haselbourg et Fischbach. Les habitants de Haselbourg se réfugièrent à ce moment, au château fort de Dabo. Toute la région mit longtemps à se relever des ruines et des cendres.

La période française sous l'ancien régime :

En 1661, Haselbourg, bien que le village ne se trouvat pas sur la route d'Alsace, fut annexé à la France, et les différents qui subsistaient au sujet de l'appartenance furent réglés en 1718. En 1668 mourut Nicolas Conrad, le dernier de la famille des Schach et cette propriété de la vallée du Fischbach, fut à nouveau au domaine de l'abbaye d'Andlau, gouverné par l'abbesse Marie de Rebstock. Celle qui lui succéda, fit construire une ferme et deux maisons forestières, et fit procéder en 1753 à un abornement pour savoir les limites des bois appartenant au Roy et ceux de Madame l'abbesse. Au début du XVIIIème siècle, les villages de la région prirent un important développement démographique, grâce à l'immigration. En 1730, Haselbourg fût rattaché à la paroisse de Garrebourg. L'activité des habitants du village était partagée entre le labourage et le travail du bois. En effet la forêt occupait une grande place dans la vie de ces '' Waldbauern'', elle fournissait avant tout le bois de construction, la matière première à de nombreux artisans, le bois de chauffage, et de la pâture aux animaux. Il faut s'imaginer une intense activité dans ces forêts où dominaient les chênes. Les bûcherons abattaient les arbres, que les schlitteurs, descendaient vers les vallées, les voituriers amenaient les grumes vers les multiples scieries, toutes installées sur les ruisseaux. Les planches et les madriers étaient transportés par flottage sur la Zorn et la Sarre jusqu'en Hollande. Le prince Jean-Georges de Veldenz-Lutzelstein avait fait exécuter des travaux pour rendre la Zorn navigable entre Haselbourg et Lutzelbourg, mais la ville de Saverne, craignant les inondations, s'était opposée à la régularisation de la Zorn plus en aval. Le prince avait également imaginé le projet grandiose (mais considéré comme irréalisable), de liaison entre la Sarre, par un canal. Les chênes réputés des bois de Haselbourg servirent à la fondation de la ville de Phalsbourg en 1570, par la prince palatin, puis à la fortification de cette dernière en 1680, par Vauban. D'autres métiers aujourd'hui disparus étaient pratiqués par les charbonniers, par les sabotiers, par les tonneliers-cuveliers ... D'autres encore fabriquaient des bardeaux, tuiles en bois mais leur usage a été interdit au milieu du XIXème siècle à cause du grand nombre d'incendie.

Au temps de la Grande Révolution :

En 1789, Haselbourg comptait 60 familles et 394 habitants. Dans leur cahier de doléances, rédigé en 6 articles, les habitants de Haselbourg se plaignaient du droit de gabelle sur le sel, des frais trop élevés sur les ventes d'immeubles et sur les successions. Le cahier fait remarquer que la communauté ne dispose que de faibles revenus et de ce fait, ne peut pas acheter de coupes de bois de chauffage, qui sont vendues à des marchands ''étranger''. Ils se plaignent des frais exorbitants pour le droit de laisser paître les bestiaux en forêt. Dans l'article 6 du cahier de doléances, les habitants prétendent que la place de 200 arpents, nommée Hellert, faisait partie de leur communauté et ils en réclament la restitution, se plaignant de ne pas avoir les moyens de plaider contre le comte de Dabo; mais ce sont justement, les habitants de Haselbourg qui sont à l'origine de Hellert (village clairière) parce qu'ils avaient incendié en 1782 la forêt à cet endroit (ou un daboisien construisit une première maison). Dans l'article 7 du cahier de doléances, les habitants se plaignent de n'avoir pas entendu 7 fois la messe durant l'hiver et dans l'article 8 ils demandent traduction des ordonnances en langue allemande. En 1789, la forêt d'Andlau, qui appartenu pendant plus de mille ans à cette abbaye, ainsi que la forêt royale, sont confisquées et deviennent biens nationaux. En 1790, le département de la Meurthe est créé et Haselbourg fait parti du canton de Walscheid. On ne respectait pas toujours la loi, ainsi des défrichements interdits étaient pratiqués, ce qui conduisit à l'arrestation d'une douzaine d'habitants de Haselbourg. L'interdiction du culte ne fut pas non plus respectée; les sacrements furent clandestinement administrés par F.X. Kneppfler à Garrebourg et à Haselbourg.

Le Consulat- La guerre de 1870 :

En 1802, le canton de Walscheid fut supprimé, Haselbourg fut rattaché au canton de Phalsbourg. La commune comptait alors 439 habitants. L'histoire de la région, sous Napoléon, est connue par les ''romans français'' d'Erckamm-Chatrian. Après la chute du 1er empire, la paix enfin revenue, le village retrouve son activité normale. La ''statistique administrative et historique de la Meurthe'' indique en 1822 pour Haselbourg 686 habitants. En 1851, fut construite l'Eglise de Haselbourg. Toute la population participa à la construction, mais les fonds manquent, l'abbé Dillenschneider réussit à obtenir 50.000 francs de Louis Napoléon Bonaparte, alors président de la République, et en son honneur, St Louis fut choisi comme St patron du village. L'autel en style rococo, du XVIIème siècle est de Berthelming.


Date de création : 05/02/2014 • 19:29
Dernière modification : 15/02/2014 • 23:44
Catégorie : - Historique
Page lue 1107 fois

 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Temps Modernes

Mentions légales - Mise jour le : 23/04/2017 - Statistiques  Piwik